samedi 17 décembre 2005

Chacun sa route

lindsey_stevie1



C’est le texte de la rupture par excellence. Le rythme effréné entraîne l’auditeur vers les sommets de la passion, pour mieux accuser la chute lorsqu’il réalise la fin de la relation amoureuse qui y est dépeinte.

« Go Your Own Way » a été écrit par Lindsey Buckingham pendant l’enregistrement de l’album « Rumours ». Lindsey a dit à plusieurs reprises qu’il n’écrivait généralement pas le texte de ses chansons en premier lieu, mais qu’il met d’abord en place la mélodie. Son jeu de guitare passionné lui permet d’empreindre ses chansons de ses sentiments, tandis que l’ajout des paroles crée un équilibre fragile entre les sonorités et la mise en mots de ces sentiments. « Go Your Own Way » est une chanson sincère, pleine d’émotions intenses, d’une rage qui émane du cœur.

Elle reflète le contexte de sa rupture avec Stevie Nicks. Tous deux étaient liés à la scène comme à la ville, à l’époque. Elle décrit un homme tiraillé par la colère et le discrédit. En comparant ce texte avec « Dreams », écrit par Stevie au même moment, on comprend que leur vision des choses est différente.

« Loving you isn’t the right thing to do » — Lindsey essaie de se convaincre que son amour pour Stevie n’est pas bon pour lui. Cela lui permet de faire face à la rupture, bien que, en son for intérieur, il n’y croie pas réellement, puisqu’il reconnaît qu’il ne peut pas nier qu’il l’aime toujours.

« If I could, maybe I’d give you my world. How can I, when you won’t take it from me » — Lindsey est prêt à tout donner à Stevie, son coeur, son âme, son “monde”, comme il dit, si seulement elle restait. Mais ce n’est pas le cas et il entérine ce fait. Le mot-clé de la strophe est « maybe ». Lindsey offre son monde, mais pas complètement. Il en garde une partie pour lui-même, probablement pour garder le contrôle de la relation, ou encore pour protéger son amour-propre. Mais Stevie veut plus d’indépendance, et pour des raisons qu’elle seule connaît, elle le quitte. Lindsey ne comprend pas pourquoi Stevie refuse de faire partie de son monde.

« You can go your own way. You can call it another lonely day » — A l’espoir de rétablir la relation, succède un air désabusé. A nouveau, ce sarcasme est une forme d’autoprotection. Il se rend compte qu’elle le quitte réellement, et il lui dit simplement « eh bien, pars, pars toute seule ».  C’est un avertissement : sans lui, elle s’expose à la solitude. En fait il lui crie désespérément de rester, tout en lui disant de partir. Il tente de se convaincre qu’il passera le cap tranquillement, mais en réalité, elle va cruellement lui manquer.

« Tell me why everything turned around » — Il n’a pas vu arriver la fin de leur relation. (D’après plusieurs interviews, il apparaît que cela est resté trouble dans son esprit jusqu’à ce qu’il quitte définitivement le groupe en 1987, et qu’il n’a jamais pu faire le tri de ses sentiments jusqu’alors). Il essaie de donner un sens à tout cela.

« Packin’ up, shackin’ up’s all you wanna do » — L’infâmante infidélité. Au depart, cette phrase devait être “Crackin’ up, shackin’ up’s all you wanna do”. Mais la connotation de folie qui accompagne le premier terme a provoqué la reaction de Stevie, qui a dit que c’était une accusation mensongère, et Lindsey a finalement consenti à modifier la phrase.

« If I could, baby I’d give you my word » — Ici le mot « baby » remplace le precedent “maybe”, ce qui n’est pas anodin. Tout à l’heure, il allait “peut-être” lui offrir son monde, comme s’il voulait mettre ses conditions. A présent il est désespéré et il lance sa plaidoirie à Stevie. Il admet qu’il ne veut pas qu’elle parte et il est prêt à tous les sacrifices pour la garder.

« Open up, everything’s waiting for you » — Stevie veut preserver ses propres sentiments envers Lindsey. C’est sans doute la raison pour laquelle il ne comprend pas pourquoi elle veut le quitter. Si seulement elle acceptait de s’ouvrir à lui et de communiquer, ils pourraient résoudre leurs différents et sauver leur amour.

« You can go your own way. You can call it another lonely day » — Cette fois, Lindsey a compris que la relation est terminée et ses tentatives de rapprochement n’ont pas fonctionné. Si le ton du refrain précédent était sarcastique, celui-ci montre la tristesse engendrée par la rupture. Le chant se fond dans le solo de guitare, et Lindsey se rend compte que le voyage solitaire ne sera pas seulement celui de Stevie, mais le sien également. Il ne veut pas de cette rupture, il l’accepte à regret.

Ironiquement, ce texte rempli d’amertume est aussi celui d’une chanson d’amour, à travers laquelle Lindsey lance des suppliques à la femme qu’il aime.

http://www.fleetwoodmac.net/penguin/interpretations/g/goyourownway.htm



fleetwood_mac___go_your_own_way

English lyrics



T’aimer
Ce n’est pas ce qu’il y a de mieux pour moi
Comment changer
Ses propres sentiments ?

Si je pouvais
Je t’offrirais peut-être mon univers
Comment faire
Si tu n’acceptes pas ce présent ?

Tu peux tracer ta route
Tu peux voir ça comme un voyage en solitaire de plus
Tu peux tracer ta route
Tracer ta route

Dis-moi pourquoi
La situation s’est retournée
Tout arrêter, vivre chacun de son côté
C’est ça que tu veux

Si je pouvais, mon amour,
Je t’offrirais mon univers
Ouvre-moi
Il est là, il n’attend que toi

Tu peux tracer ta route
Tu peux voir ça comme un voyage en solitaire de plus
Tu peux tracer ta route
Tracer ta route

Posté par caribbeanblue à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chacun sa route

Nouveau commentaire