mardi 3 janvier 2006

And so I fall into the open...

Ca fait un petit temps déjà que je me réveille souvent, le matin, avec cette petite mélodie dans les oreilles. C’est frais, c’est léger, c’est un peu romantique, juste une guitare et une voix.

Quand j’étais petit, je me demandais quel âge il fallait avoir pour enfin se sentir bien…

Et comme souvent dans ces cas-là, ça ne me lâche plus de toute la journée.

Aujourd’hui j’ai enfin appris le nom de l’artiste : il s’agit de Robert Post. C’est un Norvégien. Ben oui, quoi ? Ils sont doués les norvégiens pour la musique. Il ne faut pas se fier au Concours Eurovision de la chanson pour se faire une opinion… A-ha, ce sont des Norvégiens. Et Anni-Frid Lyngstad aussi. Bon, j’en connais pas des masses d’autres, d’accord.

Il paraît qu’il vient d’un petit village qui s’appelle Langevåg (j’ai un faible pour les caractères spéciaux. Pour faire le « å », qui se prononce en réalité « ô », il faut faire <ALT> + 134). Langevåg, donc, est situé dans la région de Bergen, près d’un fjord. En réalité il y a deux villages qui portent ce nom, l’un situé au nord de Bergen, l’autre au sud. Je n’ai pas pu identifier duquel il s’agissait. Tout ce que j’ai appris c’est qu’il y fait prodigieusement froid.

Une sympathique page électronique norvégienne m’a fourni des renseignements introuvables ailleurs :

http://nrk.no/musikk/artistar/4802375.html

Robert Post

Norsk pop / rock-artist, eg. navn Robert Øien Fylling, f. 1979, debuterte i 1995. Medlem i Sissy Dogfish.


Publisert 06.06.2005 10:42.

Album

Sissy Dogfish
Signs (1995)
What Happens Next? (Bobfloat Music - 2002)

Robert Post
Robert Post (Mercury / Universal - 2005)

Robert Øien Fylling de son vrai nom (pour le Ø : <ALT> + 157), il est âgé d’environ 26 ans et ça fait déjà dix ans qu’il a enregistré son premier album, le bougre !!!

robert_post

Heureusement, son site officiel est en anglais. C’est là qu’on apprend que « å » est une amusante lettre

norvégienne. « Åååå », toujours selon l’auteur, fait partie du langage secret des femmes.

http://www.robert-post.com/

C’est lui qui le dit :

« Tout a commencé dès ma naissance : je suis né dans la rue, pendant un défilé, dans ma ville natale de Langevag. Ma mère, enceinte de neuf mois, jouait de la flûte dans la fanfare locale et c’était le jour de la fête nationale en Norvège. J’ai vu le jour au son de la trompette de mon grand père en plein milieu de la rue.

A l’âge de cinq ans, j’ai été contraint d’abandonner la batterie et d’apprendre la trompette, et ceci en dépit du talent que je déployais à frapper si fort sur mes instruments que je les laissais souvent en pièces. N’appréciant aucunement de m’époumoner dans le seul but de rendre ma famille heureuse, et aussi par rébellion, j’ai formé mon premier groupe, les Destroyers, à l’âge de dix ans. Nous reprenions des morceaux de Kiss. »


A suivre !

Posté par caribbeanblue à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur And so I fall into the open...

Nouveau commentaire