samedi 28 janvier 2006

Ironie du sort et autres petites contrariétés

« Ironie » vient du grec eirwneia (eirôneia), « action d’interroger en feignant l’ignorance », à la manière de Socrate.

Manière de se moquer en disant le contraire de ce qu’on veut faire entendre. Figure de rhétorique apparentée à l’antiphrase.

Ironie du sort : intention de moquerie méchante qu’on prête au sort.

Dans sa chanson « Ironic », Alanis Morissette donne quelques exemples qui s’apparentent de manière assez évidente à l’ironie du sort : le vieil homme de 98 ans, le condamné gracié, le Monsieur qui a peur de l’avion, sont trois cas réellement dramatiques.

D’autres cas sont moins immédiats : la mouche dans la coupe de champagne, c’est surtout ironique pour ce qui concerne la mouche. La pluie un jour de mariage n’est pas forcément un mauvais présage. Ne dit-on pas « mariage pluvieux, mariage heureux » ?

Certains faits prêtent à rire et sont même de petites contrariétés courantes : se dire qu’on aurait été mieux avisé d’écouter cet ami qui nous avait dit que… cet article que nous voulions acheter serait soldé le lendemain, être coincé sur le périph’ alors qu’on est déjà en retard, le coup du local non-fumeur et celui des petites cuillers.

Inconséquents ou fatals, ces événements nous font réfléchir, nous donnent des leçons. Nous nous disons parfois que le sort se raille de notre pauvre vie en nous enlevant ce que nous avons toujours espéré au moment où nous l’obtenons. Ou encore, en nous empêchant d’atteindre ce qui semble à portée de nos mains. N’oublions pas qu’il y a aussi des moments où nous sommes désespérés, où nous n’attendons plus aucun secours, et où un hasard providentiel vient nous tirer d’affaire.

On imagine bien le malaise d’une femme qui, séduite par le charme innocent d’un homme qu’elle vient de rencontrer, voit soudain arriver celle qu’il lui présente comme étant son épouse…

A ma connaissance, Alanis Morissette n’a jamais déclaré publiquement être lesbienne. Mais en imaginant qu’elle le soit, ne serait-ce pas une ironie suprême si ensuite, elle venait à séduire la « très jolie femme » de « l’homme de ses rêves » ?

Dans une version plus récente, elle a changé ces mots par :

« C’est comme rencontrer l’homme de mes rêves, et ensuite, son superbe mari ». Là, ça reste simplement ironique. Et c’est foutu.


ironic

English lyrics

Un vieil homme
A eu quatre-vingt-dix-huit ans
Il gagne au Loto
Le lendemain il meurt

C’est comme une mouche qui tombe
Dans ta coupe de champagne
C’est une grâce présidentielle
Deux minutes trop tard

N’est-ce pas ironique ?
Tu ne crois pas ?

C’est comme la pluie
Le jour où tu t’es marié
C’est un tour gratuit
Quand tu as déjà payé
C’est le bon conseil
Que tu n’as pas suivi
Qui en aurait prédit l’importance ?

Monsieur Prudent
Avait le mal de l’air
Il a fait sa valise
Embrassé ses enfants
Il a attendu toute sa pauvre vie
Pour prendre ce vol
Et comme l’avion s’écrasait
Il s’est dit « c’est pas si mal… »

N’est-ce pas ironique ?
Tu ne crois pas ?

C’est comme la pluie
Le jour où tu t’es marié
C’est un tour gratuit
Quand tu as déjà payé
C’est le bon conseil
Que tu n’as pas suivi
Qui en aurait prédit l’importance ?

La vie a une drôle de manière
De se jouer de toi quand tu crois que tout va bien
Et tout se déroule normalement
La vie a une drôle de manière
De te donner un coup de main
Quand tu penses que tout a foiré
Et ça t’explose au visage

Un embouteillage
Quand t’es déjà en retard
Un panneau « non-fumeur »
A ta pause cigarette
Dix mille petites cuillers
C’est un couteau qu’il te faut
La rencontre avec l’homme de mes rêves
Suivie de celle de sa superbe épouse

N’est-ce pas ironique ?
Tu ne crois pas ?
Un peu trop ironique…
Moi je le crois vraiment

C’est comme la pluie
Le jour où tu t’es marié
C’est un tour gratuit
Quand tu as déjà payé
C’est le bon conseil
Que tu n’as pas suivi
Qui en aurait prédit l’importance ?

Posté par caribbeanblue à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ironie du sort et autres petites contrariétés

Nouveau commentaire