dimanche 21 mai 2006

Ephémérides : pluie jovienne

Un piano. Une voix, celle de Patrick Monahan. Puis, un rythme, des cordes. Une mélodie puissante qui soutient un texte énigmatique.

Voyage interstellaire, séparation, solitude.

Retour. Printemps bancal, discours hors-saison. Juin pluvieux.

Séquelles. Souvenirs.

Poulet rôti et lait de soja pour soigner une marque au fer rouge.

train___drops_of_jupiter

Train - Drops Of Jupiter

English Lyrics

Elle est revenue dans l’atmosphère
Dans ses cheveux, quelques gouttes de Jupiter
Elle agit comme l’été en marchant comme la pluie
Et me dit qu’on a tout le temps pour changer
Depuis son séjour sur la lune
Elle écoute le printemps en parlant de juin

Dis moi, tu as croisé au large du soleil ?
Tu es allée jusqu’à la voie lactée pour voir les lumières qui ont pâli
Et le ciel moins beau qu’il ne paraît d’ici ?
Dis-moi, tu as aimé une étoile filante ?
Une sans cicatrice permanente
Et est-ce que je t’ai manqué pendant que tu te cherchais toi-même là-bas ?

Elle est revenue de cette absence d’âme
En faisant son chemin entre les étoiles
Elle écoute Mozart en faisant du tae-bo
Elle me dit qu’on a toute la place pour grandir
Elle est revenue dans mon atmosphère
Et j’ai peur qu’elle me méprise un peu
Elle m’a raconté l’histoire de cet homme qui avait si peur de voler
Qu’il ne s’est jamais posé

Mais dis-moi, le vent t’aurait-il balayée ?
Tu as eu l’occasion de danser au bord de la lueur de l’aube
Avant de revenir dans la voie lactée ?
Dis-moi, Vénus t’est montée à la tête ?
C’était ça, ce que tu voulais ?
Et est-ce que je t’ai manqué pendant que tu te cherchais toi-même là-bas ?

Tu as oublié l’amour, la fierté, le poulet rôti,
Ton meilleur ami qui te soutient toujours
Même en sachant que tu as tort ?
Tu as oublié la première danse, une romance lyophilisée,
Cinq heures au téléphone,
Le meilleur Soy Latte que tu ais jamais bu… et moi ?

Mais dis-moi, le vent t’aurait-il balayée ?
Tu as enfin eu l’occasion de danser au bord de la lueur de l’aube
Avant de revenir vers la voie lactée ?
Dis moi, tu as croisé au large du soleil ?
Tu es allée jusqu’à la voie lactée pour voir les lumières qui ont pâli
Et le ciel moins beau qu’il ne paraît d’ici ?
Dis-moi, tu as aimé une étoile filante ?
Une sans cicatrice permanente
Et est-ce que je t’ai manqué pendant que tu te cherchais toi-même…

Tu as enfin eu l’occasion de danser au bord de la lueur de l’aube ?
Tu as aimé une étoile filante ?
Tu étais seule en te cherchant toi-même là-bas ?

Posté par caribbeanblue à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Ephémérides : pluie jovienne

Nouveau commentaire